[FLB 2013] Ma Foire du Livre de Bruxelles, c'est...


Enfin, cet évènement que j'attends avec tant d'impatience chaque année est arrivé et m'a semblé passer à une vitesse folle. J'avais initialement prévu de le prolonger encore un jour, dimanche, mais mes pieds endoloris, une migraine et la neige ont eu raison de ma volonté si prompte à balayer tous les obstacles vendredi. Deux jours semblent décidément être la période idéale pour moi. Cette 43e édition fut surtout composée de rencontres en ce qui me concerne : le thème de cette année (Ecrits meurtriers) ne m'inspirait pas plus que la mise à l'honneur de la BD et de l'Espagne, et j'ai donc dédaigné les conférences (excepté une "rencontre" avec David Foenkinos, pour accompagner Laetii ; je n'en garderai pas un souvenir impérissable et l'avais déjà oubliée en commençant cet article).

Des rencontres

... avec des blogueuses : cette année, je m'étais mieux organisée et ai eu l'occasion de rencontrer quatre blogueuses belges. J'ai d'abord rejoint Laetii, accompagnée de son amoureux, avec qui j'ai passé presque toute la journée. Après avoir tant discuté avec elle par mail, j'ai été heureuse de pouvoir parler de vive voix avec elle. De même, après avoir échangé quelques livres avec Carnet de lecture, puis avoir découvert son blog, j'étais curieuse de savoir qui se cachait derrière ce pseudonyme. Enfin, en fin de journée, j'ai retrouvé Anne et Argali sur le stand des éditions Luce Wilquin, où nous avions pris rendez-vous.

... avec des auteurs, ou plus précisément deux auteures publiées aux éditions Luce Wilquin : Marie France Versailles et Françoise Houdart. Je garderai un très beau souvenir de ma rencontre avec la première, aussi à l'écoute et charmante que pouvait le laisser présager son très beau Sur la pointe des mots. Elle a été agréablement surprise qu'une lectrice aussi jeune que moi ait apprécié son roman et m'a parlé de son recueil de nouvelles publié chez Quadrature (qui se trouvait sur le stand voisin, mais où je n'ai pas trouvé ce livre, malheureusement), ainsi que de son projet d'écriture en cours (elle en ignore encore la forme, mais cela portera sur la thématique "habiter"). Françoise Houdart m'a quant à elle parlé de l'écriture de La danse de l'abeille, une autre de mes belles découvertes chez cette éditrice.

... avec des éditeurs, dont Luce Wilquin bien sûr, après avoir été gentiment encouragée par Anne et Argali à ne pas hésiter à lui parler. Nous avons notamment brièvement parlé du challenge que j'ai lancé et qui lui a donné un peu de visibilité supplémentaire.

J'ai également été voir Emeric Fisset, l'un des éditeurs de Transboréal, qui, à ma grande surprise, se souvenait de moi, un an après notre première rencontre à la Foire du Livre (où j'étais revenue plusieurs fois aux alentours de son stand, seule ou avec des amies à qui j'ai fait découvrir la Petite philosophie du voyage, et où j'avais discuté avec lui de cette collection). Je lui ai révélé à cette occasion que j'étais la créatrice du challenge A la découverte de la Petite philosophie du voyage et ai à nouveau cédé à l'attrait de la collection en achetant L'ivresse de la marche (autant profiter de la présence de l'auteur pour avoir une dédicace, non?)

Une autre de mes "retrouvailles" fut celle avec les éditions de Saint Mont et l'éditeur qui leur a donné son nom. J'en suis revenue cette année aux classiques de cette maison d'édition et ai laissé parler mon côté romantique lors de mes achats : La nouvelle Werthérie de Charles Nodier (une nouvelle de quelques pages, mettant en scène une émouvante mort par amour), ainsi que des Lettres de Musset à son premier amour. Malgré mon insistance et mon intérêt pour cette collection, je n'ai pas pu savoir quel était l'épistolier dont la correspondance serait publiée dans quelques mois, sinon qu'il avait rencontré la personne aimée en Belgique. 

En parallèle de mes "rendez-vous" éditoriaux annuels, je profite également de la Foire du Livre pour découvrir de nouvelles maisons d'édition moins connues : cette année, il y en a eu deux, une française et une belge, aux noms assez proches. J'ai tout d'abord trouvé les éditions du Murmure, qui m'ont attirée par leur catalogue de poésie, regroupé dans la collection Trois poètes... : comme son nom l'indique, y sont publiés des textes de trois poètes européens, en version bilingue. Bien que les poésies hongroises me tentaient beaucoup, j'ai finalement acheté un recueil d'articles sur l'érotisme et la cruauté en Occident, qui fait "suite" à un autre sur l'imaginaire des supplices orientaux dans la littérature et les arts. Un autre ouvrage sur la violence (sans rapport avec l'érotisme) devrait paraître dans les mois à venir. Les ouvrages de cette maison d'édition semblent assez divers et abordent des thèmes qui se veulent "borderline" selon les mots de l'éditeur avec qui j'ai discuté.

C'est encore l'érotisme qui m'a fait découvrir l'édition Murmure des soirs et l'éditrice Françoise Salmon, passionnée par son métier et passionnante à écouter. Elle m'a en effet d'abord parlé de sa petite collection érotique, en insistant bien sur ce terme et en précisant que ce n'était pas de la pornographie, ni de l'érotique romantique et gentillet à la "50 nuances..." Comme pour ses couvertures, qu'elle préfère sobres (et que je trouve très élégantes, de même que le logo), elle est attentive à la qualité des textes et à éviter le tape-à-l’œil. Elle m'a ensuite présenté chacun des autres ouvrages en littérature générale et a évoqué la collection Polar qu'elle pense lancer bientôt. Face à une éditrice si convaincante, j'ai cédé à la tentation et acheté deux recueils de nouvelles de Dominique Maes, dont je vous parlerai prochainement. Vous pouvez d'ores et déjà vous attendre à voir souvent cette maison d'édition sur mon blog, j'ai beaucoup aimé Histoire de culte et suis très sensible au graphisme épuré et élégant de ces livres.

Une PAL grandissante 

Outre les achats mentionnés ci-dessus, j'ai bien sûr cédé face à d'autres stands et fait monter ma PAL, qui n'en avait pourtant pas besoin. Les Folio ont décidément toujours ma préférence et m'attirent irrésistiblement : A l'ombre d'une fleur de lys... de Mircea Eliade m'a séduit par son titre, tandis que Mélancolies de Patrick Mosconi m'a fortement intriguée par sa quatrième de couverture, tout comme Les trésors de la mer rouge de Romain Gary. Toujours chez Gallimard, le thème de la Foire du Livre de l'an dernier n'a pas été tout à fait oublié puisque j'ai déniché un petit essai de Robert Desnos, De l'érotisme. Le Livre de poche n'a su capter mon attention que par un seul livre en revanche, L'odeur du figuier de Simonetta Greggio. Enfin, je suis revenue à l'édition belge avec La petite sirène "réécrit" par Myriam Mallié et illustré par Alexandra Duprez, aux éditions Esperluète. 

Des livres-voyageurs

Pour compenser ces nouvelles arrivées, j'ai libéré trois livres de ma bibliothèque à divers endroits de la Foire du Livre : Une sainte fille de Franz Bartelt parmi quelques autres exemplaires sur le stand de Gallimard, Premier roman de Mazarine Pingeot dans l'espace de conférence Police de caractères et Ce que c'est que l'amour de Régis Jauffret sur l'un des stands d'accueil à l'entrée.
 

16 commentaires:

  1. J'avais hâte de lire ton article :) De bien belles rencontres et "retrouvailles" alors ! J'ai eu un coup de coeur pour Simonetta Greggio avec Le col de l'ange. J'ai hâte de lire ta chronique sur L'odeur du figuier :)
    J'ai hâte de lire toutes tes chroniques en fait ! :D (excepté sur l'érotisme, ce n'est pas un genre littéraire qui m'attire)
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu seras sans doute vite satisfaite pour L'odeur du figuier, il continue à m'attirer irrésistiblement depuis que je l'ai acheté. ;) Pour les autres chroniques, c'est moins sûr, mais j'essayerai de ne pas trop traîner (j'ai envie de tout lire à la fois en fait). Pas de chance pour l'érotisme, j'ai déjà lu Histoire de culte et ai commencé De l'érotisme, j'en parlerai prochainement.
      Ca me fait plaisir de savoir que tu attendais mon article. :) Je garderai vraiment un bon souvenir de mes rencontres de cette année (et de mes "retrouvailles" avec Emeric Fisset: je ne sais vraiment pas qui avait l'air le plus surpris de nous deux, lui de me reconnaître ou moi de voir qu'il se souvenait de moi un an plus tard)
      Bises.

      Supprimer
    2. Enfin même si je ne suis pas attirée par ce genre, cela ne m'empêche de lire tes chroniques malgré tout ;)

      Supprimer
  2. J'ai pris beaucoup de plaisir à lire ton compte rendu. Une visite écourtée mais combien riche.
    J'ai été ravie de faire ta connaissance et regrette de ne pas avoir pu rester plus longuement pour discuter davantage. Il faudra se revoir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai moi aussi été ravie de faire ta connaissance et espère qu'on aura une autre occasion de se revoir et de discuter davantage.

      Supprimer
  3. Coucou :) J'ai vraiment été très heureuse de te rencontrer, et avec mon amoureux, nous avons passé une très belle journée qui est décidément passée trop vite! Cette rencontre et ce rendez-vous m'ont motivée pour reprendre le blog et la lecture! Je rédigerai également un compte-rendu! Bisous!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai moi aussi été très heureuse de te rencontrer et espère qu'une autre occasion se présentera bientôt. :) Je suis contente que ça t'aie motivé à reprendre ton blog, j'attends ton article avec impatience ! Bisous.

      Supprimer
  4. Ah que j'aime ces compte rendus vraiment différents selon les blogueuses!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'apprécie aussi les lire et voir comment chacun(a) a vécu cette journée :)

      Supprimer
  5. C'est vraiment sympa et j'aime bien ton idée de libérer les livres. Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton petit mot :) Je n'ai toujours pas de retour sur ces livres libérés, j'espère que quelqu'un les a trouvés et pris... Bises.

      Supprimer
  6. Ca m'a vraiment fait plaisir de te rencontrer. C'est toujours sympa de mettre un visage sur un pseudo, c'est une autre façon de découvrir une personne... A bientôt!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ca m'a vraiment fait plaisir à moi aussi, j'espère qu'une autre occasion se présentera une autre fois. :) A bientôt !

      Supprimer
  7. Il y a plein de choses qui ont l'air très chouettes dans tes achats. Je relève notamment Charles Nodier : voilà des années que je me dis qu'il faut que je lise quelque chose de lui.
    Forcément, je suivrai intérêt tes lectures érotiques... excepté, je crois, ce qui a trait à la violence. Je garde, en dépit des années, un souvenir traumatisé du Jardin des supplices d'Octave Mirbeau. Ce n'est pas un sujet qui convient à l'âme sensible que je suis!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne te conseillerais pas forcément le Nodier : c'était une petite lecture (10 pages à peine) sympathique, dans une esthétique tragico-romantique tout à fait typique, mais sans plus. Je suis sure que cet auteur a écrit d'autres choses plus longues et intéressantes que cette petite mort d'amour.

      Je tâcherai de parler de mes lectures érotiques en pensant à toi. ;) Pour le recueil sur la violence, il m'intéressait surtout pour l'un des articles consacré au marquis de Sade en fait. Je ne suis pas sure de parler du recueil dans son ensemble, je verrai si j'en ai la courage et l'envie à ce moment-là. Ce n'est pas non plus un sujet qui me passionne.

      Supprimer