Prisme, Thierry Prat



Prisme, un certain regard déployé dans ces histoires (très) courtes (de une à dix pages, le plus souvent deux ou trois) sur quelques sujets divers. Il est notamment beaucoup question de la nature dans ces nouvelles, qu’elle soit uniquement un cadre de départ ou se déploie tout au long d’une Promenade au bord de l’eau ou dans les bois. Thierry Prat semble y être très sensible et parvient à la décrire en quelques mots, de façon à me donner la sensation qu’en fermant les yeux et en l’écoutant, je pourrais moi aussi flâner dans ces paysages et entendre le murmure d’un petit ruisseau caché. L’humain n’est pas oublié totalement et revient de façon émouvante dans l’amour d’un père pour sa fille ou d’un homme regardant une femme dormir avant le lever du jour ; il revient également dans ses faces plus sombres, avec l’intolérance envers un couple d’amis, dans le mal-être d’un autre « oiseau de nuit » solitaire et dans un coup de gueule envers le monde de l’édition.  

Prisme, un regard qui diffracte ses mots dans diverses directions, que j’ai plus ou moins appréciées en fonction de ma sensibilité (si les passages naturels m’ont beaucoup plu pour leur douceur descriptive, les nouvelles ayant trait à l’écriture m’ont moins séduite par leur ton plus brutal et revanchard) ; un regard intéressant, mais trop inégal à mon goût.

[Thierry Prat, Prisme. Histoires courtes, Paris, éditions du Panthéon, 2011.]

* L'avis, plus enthousiaste, de Carnet de lecture *
* Lire sous la contrainte : un seul mot *
* Mois de la nouvelle chez Flo *

6 commentaires:

  1. En général, j'aime les nouvelles.
    Merci pour tes 3 participations et bon dimanche.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je les aime aussi, mais deviens plus difficile à force d'en lire. Bon dimanche à toi aussi.

      Supprimer
  2. un bilan mitigé de ta part, je ne suis pas hyper emballée (peut-être à tort). Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne peux pas te le reprocher après ce que j'en ai dit... Bises.

      Supprimer
  3. Tu me donnais envie avec le début de ton article. Cela dit, l'inégalité des textes est un phénomène récurrent dans les recueils de nouvelles, surtout si on lit les nouvelles de façon rapprochée (disons que cela saute plus facilement aux yeux).
    Ma biblio ne l'ayant pas en stock, je passe mon tour (ça m'arrange que l'on tranche pour moi ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est plus facile comme ça, en effet. ^^ Sinon, je pouvais toujours te le prêter, je compte en faire un livre-voyageur et le libérer d'ici quelques mois. Il peut bien faire un arrêt chez toi avant que tu ne le libères toi-même. ;)

      Supprimer