Petit éloge - septembre 2010

Les Petits éloges de Folio constituent une collection que j'aime beaucoup, notamment pour sa diversité. En effet, les auteurs sont libres de choisir le sujet de leur éloge, ainsi que la façon de le traiter : certains choisissent l'essai, d'autres la nouvelle, les aphorismes, le témoignage ou encore le théâtre.

En septembre 2010, sont parus quatre petits éloges chez Folio : j’ai beaucoup apprécié celui sur la gourmandise, ai été impressionnée par la réussite d’un éloge de l’ironie, ai été vite lassée par les voisins selon Jean-Baptiste Gendarme et ai été attendrie par Bertrand Leclair en père. Après ma relecture, mes sentiments sont globalement restés les mêmes : pas de coup de cœur, ni de coup de griffe, mais des appréciations diverses et quelques moues plus ou moins convaincues. J’ai déjà évoqué les deux premiers petits éloges l’an dernier et me contenterai donc cette fois des derniers cités : les voisins et la paternité.


Petit éloge des voisins 
Jean-Baptiste Gendarme 
(relu le 11 décembre 2012)

Libellés : nouvelles

Les voisins… Un sujet qui pourrait surprendre dans le cadre d’un éloge, mais cette forme sert ici surtout de prétexte à écrire sur ces être si particuliers, si proches de nous et/ou parfois au contraire si éloignés. Jean-Baptiste Gendarme alterne ce qu’il appelle des « mots de voisin » et des petites nouvelles ou anecdotes. Il parcourt par exemple un immeuble, donnant brièvement la parole à chacun, à toutes ces personnes vivant l’une à côté de l’autre sans forcément se connaître. Il raconte auparavant une fête des voisins et la tentation d’un cinq à sept avec une belle voisine entreprenante. Si j’ai apprécié ces deux nouvelles, j’ai en revanche trouvé les « mots de voisin » assez insipides, de même que les typologies des voisins : le dépassement de la notion de voisin d’immeuble, pour l’étendre à d’autres lieux et circonstances est plutôt bonne, mais mal appliquée d’après moi. Mon sentiment a persisté dans la section des « voisinages littéraires » et celle intitulée « Selon le voisin » (un petit inventaire de que les voisins peuvent dire lors d’un évènement particulier : un meurtrier dans l’immeuble, un incendie, etc.) Cette dernière surtout m’a semblé trop artificielle et destinée à combler (inutilement) les pages. En résumé, je me suis beaucoup ennuyée dans ce petit éloge bien trop long malgré ses 140 petites pages bien aérées.


[Jean-Baptiste Gendarme, Petit éloge des voisins, Paris, Gallimard, coll. Folio 2€, 2010.]

 
Petit éloge de la paternité
Bertrand Leclair
(relu le 12 décembre 2012)

Libellés : essai

Pour parler de la paternité, Bertrand Leclair a quant à lui privilégié l’essai, auquel il mêle quelques (courts et presque rares) passages autobiographiques, étant lui-même père de quatre enfants. La prise de recul qu’il opère quant à sa propre expérience rend son éloge très intéressant et également moins accessible à un « tout-public » par son travail de recherche. Il fait souvent référence à certains philosophes, notamment Nietzsche, ou auteurs des 19e et 20e siècles, pour dire l’évolution de la pensée de la paternité au cours de ces deux siècles. D’une littérature des pères (et d’un rôle écrasant imposé à ceux-ci, comme en témoigne la célèbre lettre de Kafka), on est passé à celle des fils, avant que cette opposition ne soit enfin dépassée avec Pierre Michon entre autres. À cette théorie, s’en rattache d’autres et se pose également la question de l’héritage à laisser à ses enfants (la réponse qu’y apporte Bertrand Leclair est très belle).

Je n’ai malheureusement pas su accorder à ce texte toute l’attention qu’il méritait et ne peux en faire un résumé vraiment satisfaisant, mais tenais tout de même à présenter brièvement ce petit éloge, qui compte parmi les plus intéressants de la collection selon moi (si l’on prend le point de vue d’une réflexion sur un sujet donné).


[Bertrand Leclair, Petit éloge de la paternité, Paris, Gallimard, coll. Folio 2€, 2010.]

Dans la même série :
  • Janvier 2007 petit éloge : d'un solitaire, du temps présent, de l'excès, de la peau
  • Octobre 2007 petit éloge : de la douceur, des grandes villes, de la jalousie, de l'enfance, de la bicyclette
  • Septembre 2008 petit éloge : des faits divers, de la haine, de la colère
  • Septembre 2009  petit éloge : de la vie de tous les jours, de la rupture, des petites filles, du catholicisme
  • Septembre 2011 – petit éloge : de la joie, du cinéma d’aujourd’hui, de la première fois, des amoureux du silence
  • Septembre 2012 - petit éloge : des séries télé, des coins de rue
  • Mai 2013 - petit éloge : des vacances, du Tour de France
  • Septembre 2013 - petit éloge : des brunes, du désir 
  • Joyeux Noël - petit éloge : de la mémoire, du sensible, de la gourmandise, de l'ironie

10 commentaires:

  1. Tu sais quoi ! Les grands esprits se rencontrent : je suis en train de lire Petit éloge des grandes villes. Sinon, normalement tu vas recevoir bientôt Passés imparfaits (soit aujourd'hui, soit demain)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avais aperçu cet achat quelque part sur ton blog, dans les commentaires sans doute. Je relirai l'an prochain ce petit éloge des grandes villes justement, il ne me reste plus que les 2007 maintenant. J'espère qu'il te plaît.

      J'ai bien vu ton mail, merci beaucoup ! (Ce sera plutôt demain, la poste n'est pas si rapide ;))

      Supprimer
  2. Moi non plus, je n'ai pas accroché à l"'éloge des voisins" dont j'attendais beaucoup. ça manquait de sel ! Quel dommage...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est exactement ça : ça manque de sel, c'est fade (et même pas convenu : quelques anecdotes déjà vues auraient été plus piquantes que tout ce consensuel). C'est peut-être dû à la forme de l'éloge : il n'était pas censé les critiquer, donc est tombé dans l'excès de la fadeur (sans parvenir à faire un véritable éloge non plus d'ailleurs...)

      Supprimer
  3. Tant mieux! c'est l'éloge de la paternité qui m'accroche vraiment dans ton billet...je vais me dégoter ça lors mon prochain séjour en France (dans quelques jours:-) )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère que tu le trouveras facilement et qu'il t'intéressera. :) Cette fois, nous tombons d'accord !

      Supprimer
  4. Oh dis donc, le petit éloge la paternité, je vais peut etre l'offrir à M. Choco pour Noel, tiens! C'est d’actualité!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce serait en effet une excellente idée cadeau ! J'espère que tu le trouveras facilement avant lundi alors. ;)

      Supprimer
  5. Ce que tu dis du format de l'éloge de la paternité me tente bien... mais le sujet beaucoup moins. J'ai sûrement tort.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu n'as pas forcément tort, c'est ton point de vue. Je n'aurais pas été tentée non plus si ça n'avait pas été publié dans cette collection-là (que je m'obstine à poursuivre malgré des déceptions croissantes).

      Supprimer