Pour seul cortège, Laurent Gaudé



Alexandre tourne avec fièvre, la tête en arrière, bouche ouverte vers le ciel. Il est bien. Il sait qu’il ne devrait pas s’épuiser ainsi, il sent que son corps n’en a pas la force mais il le fait avec ivresse, « C’est la dernière fois », pense-t-il. Il danse avec rage. […] Il continue à tourner sur lui-même au rythme de la musique. Il est faible, il le sent. Si la musique ne le portait pas, il s’écroulerait mais il veut danser encore pour tout oublier. [p. 23]

C’est la fin. Alexandre, le grand conquérant de l’Antiquité, se meurt. Autour de la chambre funéraire plongée dans le silence, se trament déjà les premiers complots, les discussions autour de cet immense héritage, les alliances, les trahisons et les meurtres. On envoie chercher la veuve d’Héphaistion, Dryptéis, et son aïeule, celle qui est capable de dire la mort ou la vie, tandis qu’un mystérieux fidèle du souverain est en route pour le rejoindre. Mais Alexandre ne sait pas mourir : commence alors son dernier voyage, par le biais de sa dépouille et de son esprit encore insatiable de conquêtes.

Ce dernier voyage se fera par et grâce à d’autres personnages, pris dans un destin qu’ils n’ont pas choisis. J’ai été particulièrement touchée par deux d’entre eux, dans ce groupe de la dernière escorte : par Ericléops et surtout par Dryptéis. Le premier accepte totalement son destin et est tout dévoué à Alexandre : sa ferveur est perceptible tout au long du roman, jusqu’au dernier instant. Le moment où il revoit enfin son souverain fut particulièrement poignant pour moi : j’ai eu le sentiment d’un immense gâchis, de toute une vie qui perd sa raison d’être. Dryptéis, quant à elle, refuse au contraire la vie qu’on veut à nouveau lui imposer en revenant la chercher dans sa retraite. Ce n’est que petit à petit qu’elle acceptera de revenir à l’Empire, qui a gâché son existence, pour enfin réussir à le fuir et accomplir sa destinée. Par le biais de ces deux personnages, Laurent Gaudé exploite de façon très intéressante le thème de la confrontation entre la collectivité et l’individu : comment être soi-même lorsqu’on est pris dans le pouvoir de l’Empire ? Quelle attitude adopter face à celui-ci : le dévouement, la fuite ou une alternative d’acceptation pour mieux s’en détacher ?

Enfin, ce qui m’a séduite dès les premières lignes, c’est bien sûr le style très travaillé et imposant de Laurent Gaudé : l’éditeur dit « au souffle épique », d’autres diraient « lourd » ou « ampoulé ». Quant à moi, j’ai trouvé cette écriture tout à fait adaptée à l’intrigue et au cadre historique : puisqu’il s’agit d’un cortège funèbre impérial, la solennité et le faste sont de mise.


[Laurent Gaudé, Pour seul cortège, Arles, Actes Sud, 2012]


Bien que je n’aime pas cet exercice, il me faut donner une note à ce livre dans le cadre des Matchs de la rentrée littéraire de PriceMinister : ce sera un 19/20 (car parfait, à un détail près : la fin qui, si elle n’entache pas le souvenir que je garderai de ce roman, en faisait trop à mon goût).

14 commentaires:

  1. Jamais lu l'auteur. Pas sûr que le style passe...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu n'aimes pas ce type de style ? Il ne se retrouve pas dans tous ses romans d'après ce que j'ai pu lire, un autre te plaira peut-être plus.

      Supprimer
  2. Bon, nos avis diffèrent car ma note serait proche de 12/20 comme tu le sais peut-être. Très clairement ce livre pâtit de la comparaisons avec les livres précédents de Gaudé que j'ai aimé (voire adoré). Et c'est vrai que depuis Ouragan, il n'arrive plus à m'embarquer (même si j'admire toujours sa prose).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je m'en doute, après avoir lu ton avis sur ton blog. J'ai lu d'autres avis semblables de la part de fans : je pense que ne pas avoir lu d'autres livres de lui et donc ne pas savoir qu'il est capable de beaucoup mieux a joué dans mon appréciation.

      Supprimer
  3. avec une telle note, tu éveilles ma curiosité! Bizarre, je n'ai pas encore reçu le livre que j'ai choisi chez Priceminister...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tant mieux ! Le livre ne fait pas vraiment l'unanimité, mais il m'a beaucoup plu.

      Tu leur as envoyé un mail pour le signaler ? Ca commence à faire vraiment long, même si je connais une autre blogueuse qui ne l'a reçu que cette semaine...

      Supprimer
  4. Toujours pas lu... mais je l'ai acheté !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un bon début. ;) Ca ne serait pas mon cas sans l'opération PM !

      Supprimer
  5. je l'ai lu et mis une chronique sur mon blog.J'aime Gaudé!Peut etre pas son meilleur mais quel style!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vais aller lire cette critique alors. :)

      Supprimer
  6. Chacun ses gouts. Je mettrai une note bien inférieure à la tienne. Je me suis ennuyé avec ce roman heureusement assez court.
    Je n'ai pas apprécié ces interlocuteurs qui interviennent sans arrêt.
    Bonne soirée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai cru comprendre que ce roman était en effet très loin de faire l'unanimité, notamment chez les fans... Mais comme tu le dis, chacun ses goûts. Je me suis perdue au début parmi tous les interlocuteurs, mais ça ne m'a pas dérangé plus que cela.
      Bonne soirée, merci pour ton passage ici.

      Supprimer
  7. on a mis la même note !
    j'aime bien ce thème de la confrontation entre individualité et collectivité que tu soulignes, c'est vrai qu'il est très présent .
    C'est inattendu ces avis si divers, notamment parmi les "fans" (dont je suis !) car même si le style n'est pas tout à fait le même dans chacun de ses romans, il a une signature stylistique bien à lui, malgré tout. Et là, comme dans la nuit Mozambique (et parait-il le roi Tsongor) le style sied parfaitement au récit.
    Le soleil des Scorta, superbe, est un peu plus aisé à lire, le style est moins poussé mais tout aussi beau...je l'ai si tu veux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui ! Nous nous rejoignons tout à fait sur ce roman, notamment dans la note attribuée. De quoi le faire un peu remonter dans le classement de PriceMinister. :)
      Ce que tu me dis de Gaudé et de son style me ravit! Ca m'encourage à continuer à le lire et à découvrir ses romans précédents. Merci beaucoup pour Le soleil des Scorta, mais il a rejoint ma PAL en septembre et y attend bien sagement : je ne sais pas encore quand il en sortira, mais je sais qu'il est là et que je pourrai retrouver Gaudé un jour ou l'autre.
      Merci pour le lien sur ton article, ainsi que celui vers la musique !

      Supprimer