La chaussure sur le toit, Vincent Delecroix



Lorsque j’ai vu ce titre dans la PAL de Natiora, j’ai pensé qu’une LC serait un bon stimulant pour me pousser à lire ce recueil de nouvelles et ainsi avancer dans un de mes projets de lecture.

Vincent Delecroix prend comme point de départ de chaque nouvelle une chaussure sur le toit d’un immeuble parisien : à partir de ce motif, il développe toute une série de récits expliquant la présence insolite de cet objet à cet endroit ou dans lesquels cela joue un rôle important. Ainsi, cette chaussure va susciter une très belle rencontre entre une vieille dame et un jeune pompier, quoi qu’en pense le neveu de la première ; une discussion en équilibre entre Ulysse, Philoctète et le fils d’Achille ; le souvenir d’un amour perdu pour une adolescente ; celui d’un étrange cambriolage pour un autre ; et bien d’autres histoires. Celles-ci présentent différentes ambiances, tour à tour tendres, ironiques, cruelles, dramatiques ou humoristiques. L’une emprunte même le ton pompeux et prétentieux d’un discours d’artiste lors d’une exposition. C’est d’ailleurs dans cette nouvelle qu’est exposé le projet littéraire de l’auteur et l’intérêt que présente cette chaussure sur le toit. Ce qui est particulièrement intéressant dans ce recueil, ce sont les liens qui se tissent progressivement entre toutes ces nouvelles : certains personnages reviennent d’un texte à l’autre ou sont mentionnés, certains actes se croisent, de même que certains textes écrits par un personnage. Tous ces croisements créent en quelque sorte un roman, celui de quelques instants de vie des habitants d’un même immeuble.

Si j’ai apprécié la construction très réfléchie de ces nouvelles et de ce roman dans son ensemble, surtout lorsque les références se multiplient à la fin, je n’ai par contre guère accroché au style de l’auteur. Il se rapproche selon moi de l’oralité grâce à certaines répétitions et expressions destinées à un auditeur, afin de donner l’impression d’une conversation entre voisins de palier. Le procédé s’inscrit bien dans le projet, mais ne me plaît pas. Si ce style ne vous déplaît pas, je vous recommande ce livre difficilement catégorisable dans un seul genre et très bien construit.

[Vincent Delecroix, La chaussure sur le toit, Paris, Gallimard, coll. Folio, 2009.]


Du même auteur :

4 commentaires:

  1. Je me suis beaucoup ennuyée... Certaines nouvelles m'ont plu plus que d'autres mais aucune ne m'a vraiment interpellée. En revanche sur la construction du recueil je suis d'accord avec toi, c'est très bien travaillé.
    Au moins j'aurai sorti ce livre de ma PAL, et rien que pour ça, merci ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme je l'ai dit sur ton billet, à défaut de le préciser vraiment dans mon billet, je n'ai pas été passionnée non plus... C'est un recueil plus intéressant que plaisant.

      Merci de m'avoir aidé à avancer dans mon projet. ;)

      Supprimer
  2. Un bon souvenir, mais j'aurais cru que ladite chaussure se baladerait d'une histoire à l'autre, alors que parfois c'est complètement différent.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais plus très bien à quoi je m'attendais exactement, mais je trouvais intéressant de voir comment elle était mise en scène : cela créait par contre une attente parfois longue à être comblée quand la chaussure n'intervenait qu'en fin de nouvelle.

      Supprimer