Bouquiner. Autobiobibliographie, Annie François



Après m’être posée la question « pourquoi lire ? » avec Charles Dantzig, j’aborde celle du « comment » avec Annie François, ou plus exactement celle du « comment lit Annie François ? » Comme l’indique le sous-titre Autobiobibliographie, c’est en effet un point de vue très personnel que l’auteure nous propose : dans des chapitres assez courts et portant chacun sur une attitude particulière, elle détaille ses petites manies de lectrice, ses dégoûts et ses préférences, ses attitudes parfois (trop) extrêmes, dans lesquelles peuvent se retrouver certains lecteurs. Ce fut personnellement mon cas, tout en étant rebutée par d’autres passages éloignés de mes propres habitudes et de ma conception personnelle de l’objet livre.

Bien qu’elle se défende de cette dénomination, j’ai eu le sentiment de lire le récit d’une bibliophile : non pas une amoureuse des beaux livres qui les enferme dans des vitrines, mais une femme avide de les toucher, les lire, les manipuler, se les approprier, ce qui constitue sa façon de les aimer. On pourrait me rétorquer qu’il s’agit alors d’une lectrice : ce qui me fait dire le contraire, c’est qu’il est bien peu question du contenu des livres (quelques titres sont cités, mais sans plus), des émotions ressenties lors d’une lecture, de cette envie qui pousse à déchiffrer des signes et à se faire raconter une histoire. Cela rend ce témoignage malheureusement un peu sec et trop mécanique : on sait comment lit cette auteure, mais pas pourquoi elle le fait.

Enfin, ce qui m’a dérangée à plusieurs reprises lors de cette lecture, c’est le côté trop personnel de ce texte : il ne semble pas destiné à un public, mais bien à l’auteure elle-même, peut-être à quelques-uns de ses amis qu’elle cite ou interpelle. Jamais elle ne tente de généraliser son propos ou d’y inviter le lecteur. Je me suis senti comme une voyeuse lisant un journal intime en l’absence de sa propriétaire.


[Annie François, Bouquiner. Autobiobibliographie, Paris, Points, 2002.]

10 commentaires:

  1. Encore une fois, ton billet dit tout mon ressenti. J'ai noté quelques formules sympathiques lors de cette lecture mais je l'ai trouvé trop datée, déjà, parfois convenue, et effectivement très bibliophile, beaucoup plus sur le livre que la lecture.
    " Pourquoi lire ? " m'attend toujours, je pense qu'il va être plus convaincant...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous sommes décidément souvent d'accord. Je n'y pensais plus, mais je te rejoins bien sûr sur le côté "daté".
      "Pourquoi lire?" n'a pas été un coup de coeur pour moi, à cause du ton parfois trop prétentieux de l'auteur, mais m'a davantage convaincue que ce livre-ci : je pense et espère que ce sera ton cas aussi.

      Supprimer
  2. Je l'ai dans ma PAL aussi, j'avais acheté ce livre suite à des billets sur les blogs et aussi grâce au titre. Je le lirai sans doute même si ton avis est mitigé, je verrai. Merci pour ta contribution au challenge.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère qu'il te plaira plus qu'à moi. ;)

      Supprimer
  3. Elle crée un joli nouveau mot je trouve :)
    J'ai un peu de mal avec ce thème mais je ne pense pas que c'est un exercice facile !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais pas si l'exercice me semblerait difficile à faire pour soi-même, mais en faire un texte pour d'autres l'est certainement ! Je n'ai malheureusement pas le sentiment qu'elle y ait réussi...

      Supprimer
  4. c'est un livre que j'avais noté il y a une éternité et qui est tombé aux oubliettes, sûrement parce que tu n'es pas la seule à donner ce genre d'avis !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Apparemment, ça semble assez partagé sur Babelio : beaucoup adorent, quelques-uns n'aiment pas du tout comme moi.

      Supprimer
  5. Je passe sur ce titre. Moi et les biographies ou les autobiographies... pfff... Il faut que cela soit un peu romancé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends. :) J'apprécie de plus en plus les textes plus personnels, mais me sentir en position de voyeuse me dérange (sauf dans le cas des correspondances, peut-être parce que je connais leur statut dès le départ)

      Supprimer