Balades indiennes, Chitra Banerjee Divakaruni, Anita Nair et Bulbul Sharma


Avec ce recueil de nouvelles, je souhaitais continuer ma balade indienne, entamée avec La nuit bengali de Mircea Eliade, mais ces textes se sont révélés très différents de ceux que j’avais imaginé. Seul le dernier, En sandwich ! de Bulbul Sharma, a répondu à mes attentes initiales. Cette courte nouvelle raconte sur le ton de l’humour le calvaire culinaire d’un homme pris « en sandwich » entre sa femme et sa mère, toutes deux très possessives. Le portrait tracé de ces deux femmes indiennes peut sembler caricatural, mais cela sert tout à fait la chute et l’humour de l’auteure.

Les trois nouvelles précédentes, quant à elles, sont narrées à travers un regard féminin et mettent en scène la confrontation entre les cultures indienne et occidentale (d’après le modèle américain), au profit de la seconde, m’a-t-il semblé. C’est ce parti pris qui m’a surpris et un peu déçue : là aussi, l’opposition m’apparaissait trop caricaturale et manquant de nuances, sans doute en raison d’une trop grande idéalisation du mode de pensée américain selon moi. Ce manichéisme m’a particulièrement frappée dans la première nouvelle, L’échographie de Chitra Banerjee Divakaruni, dans laquelle la narration est prise en charge par une indienne partie vivre aux Etats-Unis avec son mari : elle juge son amie restée aux Indes et la famille de celle-ci avec un regard tout à fait occidental et avec une certaine arrogance. Cela correspond à la réaction que le lecteur pourrait avoir face à une situation telle que celle que traverse l’amie de la narratrice, mais cela m’a malgré tout dérangée. On pourrait penser que la seconde nouvelle de la même auteure, Une liaison, crée un contrepoids par rapport à la première grâce à un renversement des rôles – c’est cette fois une narratrice indienne et attachée à ses valeurs traditionnelles qui juge son amie davantage intégrée dans la société américaine – mais la fin prouve qu’il n’en est rien. Le changement est certes amené de façon moins brutale et plus subtile, mais le message final manque tout autant de nuances selon moi.

Bien qu’on y trouve des idées semblables, j’ai préféré la troisième nouvelle, A flot d’Anita Nair, aux deux premières : j’ai eu le sentiment que la culture indienne y était moins dévalorisée et l’occidentale moins idéalisée. La narratrice change elle aussi d’attitude après un voyage aux Etats-Unis en compagnie de son mari, mais apprend à ses dépens que ce n’est pas forcément le bon comportement à adopter. Au fil du temps, elle apprendra de ses erreurs successives pour parvenir finalement à un début d’équilibre. Celui-ci est amené progressivement, de manière à ne pas paraître trop brutal, et c’est notamment ce qui m’a plu dans cette nouvelle.


[Chitra Banerjee Divakaruni, Anita Nair et Bulbul Sharma, Balades indiennes, Paris, France Loisirs, coll. Histoires d’ailleurs, 2004.]

9 commentaires:

  1. J'avais aimé "La colère des aubergines" de Bulbul Sharma mais je n'ai jamais lu les autres auteurs. Ça ne sera pas forcément ma prochaine lecture indienne mais je le note tout de même, on ne sait jamais.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu aurais justement d'autres lectures indiennes à me conseiller ? C'est une littérature que je ne connais pas et j'aimerais la découvrir après ce recueil.

      Supprimer
  2. Billet intéressant. Quelque part je n'ai pas envie de le lire car ton avis n'est pas enthousiaste, mais d'un autre côté, j'ai l'impression que ça pourrait me plaire :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. (Je t'ai laissé un message sur FB si tu veux le lire) Je pense que mes attentes ont joué pour beaucoup dans ma déception, donc il est possible qu'il te plaise beaucoup plus qu'à moi. ;)

      Supprimer
    2. Je confirme, j'ai adoré ! Un grand merci pour le prêt Minou :)

      Supprimer
    3. Tant mieux ! Comme je te l'avais dit par mail, tu peux le garder, le livre est pour toi. ;) Je suis contente qu'il t'ait plu et te l'offre/échange avec plaisir.

      Supprimer
  3. Seulment ,le francais ou je peux trouver d'autre langue ? ( l'anglais, le turc )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que les textes sont traduits de l'anglais, ils doivent donc se trouver dans cette langue.

      Supprimer
  4. Je n'ai pas trouver.Il est ımportant pour moı Si nous le pouvons trouver .nous envoyons l'adresse ( twıtter : @dara_goze ) merci pour m'ıntéressé , à bientôt..

    RépondreSupprimer