La nuit bengali, Mircea Eliade


Pour cette huitième lecture commune avec Métaphore, j’ai choisi La nuit bengali de Mircea Eliade dans sa PAL, en raison de son titre énigmatique. Tentée elle aussi, Tête de Litote nous a rejoint dans cette découverte littéraire et n’a pas plus regretté ce choix que moi.

Mircea Eliade m’a entraînée en peu de pages dans un univers étrange et fascinant, celui de l’Inde. Ce pays et ses coutumes apparaît d’autant plus étrange qu’il nous est narré par un européen venu y travailler, comme beaucoup d’autres. D’abord rebuté par les autochtones, il sera accueilli par l’un d’eux et par sa famille, ce qui lui permettra d’observer plus attentivement ce monde. L’évolution de sa perception des Bengalis et de leur culture s’observe ainsi tout au long du récit, par ses incessantes remarques et rencontre avec « l’autre ». Ce choc culturel est également exploré à travers l’histoire d’amour entre le narrateur, Allan, et la fille de son hôte, Maitreyi. Tous deux ont une conception très différente de l’amour, qui les mène à une série de malentendus au début du texte. Par la suite, leur passion s’amplifie, donnant lieu à de magnifiques pages enflammées de la part du narrateur et à des gestes sublimes de son aimée. Absolue, presque mystique et mystérieuse, cette figure féminine fascine autant le héros que le lecteur (sans doute parce que son regard suit celui du premier) et les déroute par son attitude parfois énigmatique.

J’ai donc beaucoup aimé ce roman et son regard pleinement subjectif sur une autre culture, tour à tour étonné, dégouté, attiré malgré lui, curieux et avide. L’intrigue est, de plus, parfaitement menée, avec toutes les lenteurs requises par l’approche amoureuse, puis l’accélération due à l’urgence de la passion. Seule la fin laisse sur sa faim, en suspens sur une interrogation du narrateur : légitime, celle-ci remet en cause une partie de ce qui précède et donne un nouvel éclairage possible à la lecture.

Bref, un très beau roman que je vous conseille fortement !


[ELIADE Mircea, La nuit bengali, trad. du roumain par Alain Guillermou, Paris, Gallimard, coll. Folio, 1979.]


10 commentaires:

  1. Je croise régulièrement ce titre depuis déjà longtemps mais je ne savais pas de quoi ça parlait. Vu comme ça, ça semble tentant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'en avais pas du tout entendu parler, mais ai été tout à fait charmée.

      Supprimer
  2. J'ai toujours été fascinée par l'Inde et ce livre, avec ce "choc culturel", me fait énormément envie ! Merci de me faire découvrir un livre que je n'aurais jamais penser lire autrement. :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il devrait te plaire alors, je pense ! De rien, ça me fait plaisir :) Je ne l'aurais sans doute jamais découvert non plus sans cette LC.

      Supprimer
  3. j'ai mis ton billet en lien sur le blog, (je viens de rentrer de vacances, je n'ai encore pas écrit mon billet. Je lis le tien dès que je l'ai fait.
    A bientôt!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai hâte de lire ton avis ! A bientôt. :)

      Supprimer
  4. Bravo, je viens de lire ton billet j'ai envie de relire le livre!! Encore merci pour cette bonne idée, ce livre prenait la poussière sans raison :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à toi pour toutes ces LC partagées ensemble !

      Supprimer