Nouvelles sous ecstasy, Frédéric Beigbeder


Présentation de l’éditeur :

Dans les années 1980, une nouvelle drogue fit son apparition dans les milieux noctambules : le MDMA, dit « ecstasy ». Cette « pilule de l’amour » provoquait d’étranges effets : bouffées de chaleur, envie de danser toute la nuit sur de la techno, besoin de caresser les gens, grincements de dents, déshydratation accélérée, angoisse existentielle, tentatives de suicide, demandes en mariage. C’était une drogue dure avec une montée et une descente, comme dans les montagnes russes ou les nouvelles de certains écrivains américains. L’auteur de ce livre n’en consomme plus et déconseille au lecteur d’essayer : non seulement l’ecstasy est illégal, mais en plus il abîme le cerveau, comme le prouve ce recueil de textes écrits sous son influence. Et puis, avons-nous besoin d’une pilule pour raconter notre vie à des inconnus ? Alors qu’il y a la littérature pour ça ?


Mon avis :

Si Namého ne m’avait pas conseillé et offert ce recueil de nouvelles de Frédéric Beigbeder, il est probable que je ne l’aurais jamais lu et aurais continué mon chemin littéraire sans tenir compte de lui. Finalement, tout en sachant que je n’en garderai pas un souvenir fort, j’ai apprécié découvrir ces textes et cet auteur que je connaissais si peu.

Comme l’indique le titre, le thème commun de ces nouvelles est l’ecstasy, que ce soit les effets qu’elle provoque ou les causes qui amènent à vouloir l’essayer. Le milieu dans lequel se déroulent les intrigues est également le même, à peu de choses près, dans tous les textes : les boîtes de nuit, les soirées de jeunes gens riches et oisifs et les bars (à putes ou simples débits de boisson) notamment. Une fois ce cadre posé, les textes se déploient chacun à leur manière, dans des tons narratifs parfois résolument différents, des jeux de mots au dramatico-pathétique, en passant par le désabusé/lucide, l’ironique et l’humoristique. Cette diversité est à la fois l’atout de ce recueil (l’effet de lassitude est évité, et l’auteur fait preuve de maîtrise littéraire dans plusieurs genres) et le piège dans lequel il tombe (à force de se différencier, les textes en deviennent inégaux au niveau qualitatif)

Enfin, si je devais retenir quelques nouvelles, je citerais entre autres la première, Spleen à l’aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle, qui joue sur les sons de la langue et pose un regard neuf sur le monde à travers toutes les questions posées : entre Queneau (dans ses Exercices de style) et Voltaire (avec son Candide) en quelque sorte. Ce second aspect se retrouve également dans les deux parties de L’homme qui regardait les femmes et Manuscrit trouvé à Saint-Germain-des-Prés qui, sur deux modes différents, sont une critique corrosive de la société actuelle. Le jour où j’ai plu aux filles m’a fait sourire par sa chute inattendue et très bien amenée en à peine quelques pages, de même que La première nouvelle d’« Easy Reading ».


Un extrait du Cafard après la fête :
Les fêtes sont comme la vie : elles naissent et meurent comme des êtres humains. Elles connaissent des moments d’apogée et des instants de déchéance. Elles ont des hauts et des bas. Comme nous, elles brillent et s’écroulent dans la poussière. Comme nous, les fêtes sont sans lendemain.
[BEIGBEDER Frédéric, Nouvelles sous ecstasy, Paris, Gallimard, coll. Folio, 1999, p. 51.]

1 commentaire:

  1. J'aime toujours beaucoup ta manière de donner ton avis, c'est pas nouveau pis c'est pas près de changer. Personnellement, je l'ai lu alors que j'avais 16 ans, ça remonte à loin et j'arrive pas à me détacher de la première bonne impression qu'il m'a fait (je crois que j'aurais toujours 16 ans en lisant ce livre, soit), du coup, je trouve encore plus intéressant d'avoir ton avis de lectrice aguérie :)
    Je suis contente qu'il t'ait plu, au fond, je suis contente qu'il ait peut-être permis de mettre en avant la plume de l'auteur plutôt que son personnage ^^
    J'aimerais dire encore deux ou trois choses pis je me rends compte que par rapport à ce recueil, tout est gribouillé sur la page de titre ^^

    RépondreSupprimer