[FLB 2012] Compartiment auteurs


Édito de Marc Descheemaecker (SNCB) :

[…] Comme depuis de nombreuses années, la SNCB tient à vous offrir un nouveau recueil de textes spécialement écrits pour les navetteurs.
Dans le cadre de « Brusselicious », qui met Bruxelles à l’honneur en tant que capitale de la gastronomie, la Foire du Livre fait une place particulière en 2012 à la gourmandise. Avec les histoires inédites du recueil, nous invitons les lecteurs à ouvrir leurs papilles gustatives, pour le plus grand plaisir des gourmands.
Autre invité d’honneur à la Foire du Livre : l’Italie. Le rayonnement culturel de ce pays et sa richesse éditoriale entraîneront les curieux à découvrir l’Italie sous un autre angle.
Train, livre, découverte et gourmandise… tant de mots pour vous permettre de profiter de votre voyage […]


Mon avis :

Le mot qui m’est venu après la lecture de ces cinq courtes nouvelles est « plaisant ». Il n’y a là rien d’extraordinaire, ni de fabuleux, mais c’est plaisant et l’aurait certainement été encore davantage dans un train. En effet, les textes sont très courts (cinq pages en moyenne) et se lisent rapidement, comme une friandise sur le quai, entre deux correspondances.

Les thèmes sont abordés de façon originale et variée par chacun des auteurs : Barbara Abel, Alain Berenboom, Geneviève Damas, Kenan Görgün et Grégoire Polet pour cette édition 2012. La première propose une nouvelle à chute, particulièrement surprenante, intitulée 100% bio : tous les éléments sont mis en place subtilement, dès le début, pour prendre sens dans le dernier paragraphe auquel je ne m’attendais pas du tout. J’ai beaucoup aimé être ainsi surprise, au point que les nouvelles suivantes ont pâti de la réussite de la première. La seconde, notamment, m’a moins plu : mini-enquête policière dans le style Agatha Christie, la chute n’a pas su m’arracher un sourire, malgré la petite note humoristique. Geneviève Damas a eu plus de succès avec Sabayon qui a su me toucher et m’émouvoir : j’en sentais presque le goût de ce dessert fondre sur ma langue, mêlé à un parfum d’enfance et de nostalgie. Kobo, critique de notre société qui s’enferre dans ses clivages, m’a laissée plus indifférente, au contraire du dernier texte, La vie si belle à l’intérieur, dont la poésie m’a conquise dès les premières descriptions.

Bref, un recueil que je suis contente d’avoir enfin pu découvrir et que je guetterai les années suivantes. 


[FLB 2012]

1 commentaire:

  1. La prochaine nouvelle "le cheminot en grève" avec des rebondissements à chaque page ! :p

    RépondreSupprimer