En 2011, Minou a aimé... - Récapitulatif

Mes coups de cœur :

En 2011, depuis la création de ce blog en août, j'ai eu plusieurs coups de cœur : pour une collection tout d'abord, l'une de celles de Transboréal. La Petite philosophie du voyage rassemble des témoignages d'auteurs passionnés par leur sujet, toujours mis en relation avec le voyage, sur lequel ils développent une petite philosophie et des pistes de réflexion. De forme très libre, ces textes sont assez légers et très agréables à lire. Afin de les faire découvrir, j'ai créé un challenge d'un an, qui prendra fin en octobre. 

J'ai également découvert des auteurs, comme :
  • Jean-Jacques Bernard par son Petit éloge du cinéma d'aujourd'hui,
  • Jean-Baptiste Del Amo, l'auteur du virtuose et extraordinaire Une éducation libertine. J'espère que son second roman, Le sel, paraîtra en édition de poche en 2012 pour que je puisse le lire,
  • David Foenkinos, dont j'avais beaucoup aimé La délicatesse lu en début d'année, qui m'a séduite une nouvelle fois avec Les souvenirs,
  • Yasmina Khadra, à côté duquel je serais sans doute passée si des amis ne m'avaient pas conseillé L'attentat, par lequel je me suis dirigée vers sa Trilogie du grand malentendu,
  • Et Marine Sivan, dont j'ai corrigé le tapuscrit du premier tome de son diptyque Orescent : Le sang des traîtres, un roman de medieval-fantasy passionnant.
... Et relu avec beaucoup de plaisir Une belle histoire d'amour qui finit bien de Xavier Deutsch, Puisque rien ne dure de Laurence Tardieu et deux petits éloges : celui du sensible d'Élisabeth Barillé et celui de la nostalgie de Boualem Sansal.


D'autres livres auraient pu rejoindre cette liste de coups de cœur, mais il leur manquait un "petit quelque chose". Il s'agit de :
  • Parle-leur de batailles, de rois et d'éléphants de Mathias Enard : un récit flamboyant, brillant et poétique à souhait, mais qui manque de longueur. J'en voulais plus, je reste sur ma faim,
  • Un secret de Philippe Grimbert : un roman touchant, mais au style trop impersonnel,
  • Combien de fois je t'aime de Serge Joncour : un recueil de nouvelles sur l'amour sous toutes ses formes que j'apprécie beaucoup, mais un peu inégal.


Mes coups de gueule :

Je n'ai bien sûr pas aimé tout ce que j'ai lu, et certaines déceptions furent plus fortes que d'autres, notamment:
  • K.622 de Christian Gailly : peut-être attendais-je trop d'un livre avec un tel titre, mais il n'est clairement pas à la hauteur du concerto de Mozart,
  • Efina de Noëlle Revaz : un style détestable pour une histoire banale.
  • Les paradis du fou de Muriel Roland-Darcourt : un traitement de la folie pas suffisamment exploité et un genre littéraire que je n'affectionne pas.
Les suivants ne m'ont pas totalement déplu, mais n'en étaient pas loin :
  • Mes prix littéraires de Thomas Bernhard : décevant et redondant.
  • L'absence d'oiseaux d'eau d'Emmanuelle Pagano : une histoire ennuyeuse et répétitive, mais un style qui a su attirer mon attention. Je lirai sans doute un autre livre de cette auteure cette année. 
  • Petit éloge de la première fois de Vincent Wackenheim : à trop vouloir exploiter son thème, l'auteur s'y perd et s'éparpille.

2 commentaires:

  1. Merci beaucoup ! Je suis très honorée d'être citée parmi les découvertes =D !

    RépondreSupprimer
  2. Moi aussi, K. 622 m'a horripilée... Je vois que nous avons beaucoup de lectures communes. Je reviendrai ici, assurément :)

    RépondreSupprimer