Neige, Maxence Fermine


Présentation de l’éditeur :

Dans le Japon raffiné du XIXe siècle, le jeune Yuko a choisi sa voie : il sera poète, contre l’avis de son père. Soseki, l’ancien samouraï et vieux peintre aveugle, lui enseignera l’art du haïku. Entre les deux hommes plane l’image obsédante d’une femme disparue dans la neige… Une langue épurée, concise et sans artifices, qui parle d’amour de la vie et de quête d’absolu.


Mon avis :

Ca doit être la troisième ou quatrième fois que je lis ce court récit, et je le trouve toujours aussi beau. À chaque (re)lecture, je suis séduite par cette écriture poétique, à mi-chemin entre le haïku et la poésie en prose occidentale : le second supplée à ce qui manque pour moi dans le premier – une certaine longueur et des métaphores. Néanmoins, le texte reste fortement empreint d’éléments plus propres à la sensibilité japonaise : la contemplation, des petits gestes qui pourraient paraître insignifiants mais s’avèrent lourds de sens pour qui sait les observer, l’attention portée à la nature et aux éléments naturels, la simplicité stylistique et la brièveté, entre autres. Ce style participe pour beaucoup à l’attrait qu’exerce sur moi ce roman. L’histoire, quant à elle, assez simple et peu originale en elle-même, est très émouvante et magnifiquement mise en valeur par l’auteur, sans en faire trop.

Un très beau premier roman.


L’extrait en quatrième de couverture :
Il n’écrivit qu’un seul mot, d’une blancheur éclatante.
***
 LC avec Métaphore








***


Du même auteur :

2 commentaires:

  1. Je l'ai trouvé chez le bouquiniste en me disant qu'il me ferait une bonne soirée... et ça m'intéresse pour mes cours, mais... je ne l'ai pas encore lu ! Tu réveilles mon désir, là...

    RépondreSupprimer
  2. Vraiment une bonne idée que tu as eu là! Vivement notre prochaine lecture! Bonne année 2012!!! Plein de lectures passionnantes en perspective!

    RépondreSupprimer