Les souvenirs, David Foenkinos

Présentation de l’éditeur :

« Je voulais dire à mon grand-père que je l’aimais, mais je n’y suis pas parvenu. J’ai si souvent été en retard sur les mots que j’aurais voulu dire. Je ne pourrai jamais faire marche arrière vers cette tendresse. Sauf peut-être avec l’écrit, maintenant. Je peux le lui dire, là. »
David Foenkinos nous offre ici une méditation sensible sur la vieillesse et les maisons de retraite, la difficulté de comprendre ses parents, l’amour conjugal, le désir de créer et la beauté du hasard, au fil d’une histoire simple racontée avec délicatesse, humour, et un art maîtrisé des formules singulières ou poétiques.


Mon avis :

La plupart des critiques que j’ai lues sur ce livre, à commencer par la quatrième de couverture ou les avis des libraires apposés sur les piles de livres, mettent l’accent sur la réflexion sur la vieillesse présente dans ce livre : c’est en effet une part assez importante du récit, mais c’est assez réducteur, selon moi. Il est vrai que j’ai moi aussi été très touchée et émue par la mort du grand-père du narrateur, puis (et surtout) par la souffrance de sa grand-mère placée en maison de retraite : lentement, bribe par bribe, elle perd sa liberté, son autonomie, et dépend de plus en plus de ses enfants qui, comme souvent dans ces cas-là, viennent de moins en moins la voir. Foenkinos présente cette situation avec une grande délicatesse et une certaine tendresse, mais toujours avec ces petites pointes d’humour surréaliste qui caractérise son écriture dans les livres que j’ai lu de lui (La délicatesse et Nos séparations). Si j’avais souvent le sourire lorsque je lisais ces derniers, la tonalité plus mélancolique et dramatique des Souvenirs m’a au contraire plongée dans une forme de tristesse que l’auteur savait entrecouper d’éclats de rire, par quelques réparties ou notes de bas de page inattendues, sans que cela ne tombe jamais dans le ridicule ou le forcé.

Le thème de la vieillesse est également abordé à partir d’un second point de vue : la retraite récente des parents du narrateur. Ceux-ci la vivent de manière assez différente, mais tous deux mal. Ils sont perdus face à ce brusque changement de rythme, face à tout ce temps libre qui s’offre à eux, libérés des contraintes et des habitudes de la vie dite active. Les failles apparaissent alors et s’agrandissent, béantes, jusqu’à devenir insoutenables. J’ai été un peu moins touchée par cette partie du récit – les personnages m’apparaissant comme légèrement antipathiques –, mais c’est paradoxalement la question contenue dans celle-ci (comment vivre la retraite et la perte des repères qu’elle engendre ?) qui continue à résonner en moi après ma lecture.

Néanmoins, comme je l’ai dit plus haut, aborder cette lecture à partir du seul thème de la vieillesse me semble réducteur : cette histoire, c’est aussi celle du narrateur qu’on voit grandir (et vieillir, d’une certaine manière, il est vrai), avec ses doutes, ses peurs et ses rêves. On le suit pas à pas, dans ses tentatives infructueuses d’écriture, ses rencontres, sa découverte de l’amour, son installation progressive dans une routine ni malheureuse ni vraiment heureuse, etc. C’est l’un des thèmes qui reviennent souvent, d’après moi, dans les romans de Foenkinos : ils forment comme une série d’éducations sentimentales, déployées en différentes scènes. Parmi celles-ci, mes préférées sont indéniablement celles des rencontres : elles semblent toujours surréalistes, romanesques, incroyables, et pourtant tellement possibles ! Il suffirait d’un peu de chance, d’un hasard heureux, accompagné d’un zeste d’audace et d’assurance, me dis-je à chaque fois en y rêvant, émerveillée… Les rencontres des Souvenirs n’ont pas dérogé à cette habitude et ont surpassé toutes mes attentes : celle du narrateur et de Louise est à présent ma préférée, par sa tonalité d’évidence et de simplicité, même si celle dans le métro a le charme incroyable du hasard, celui qu’on n’obtiendrait jamais en cherchant à le provoquer.

Enfin, les souvenirs : ils sont présents tout au long du roman, un chapitre sur deux, comme sait si bien le faire Foenkinos, avec son art de l’impromptu et de l’inattendu. Chaque personnage, ayant un rôle actif ou simplement évoqué, reçoit en quelque sorte la parole dans ce court espace d’écriture. Ce sont comme des fragments de vies, des souffles légers et éphémères dans la bourrasque de l’intrigue du roman. Celui-ci constitue lui-même un souvenir, celui qui permet au narrateur d’écrire ce livre dont on vient de fermer la dernière page, avec l’envie de revenir à la première et de reprendre la ritournelle des souvenirs…


Un extrait d’un souvenir d’enfant :
Il regardait partout dehors, dans la nuit. Cela lui paraissait incroyable qu’il y ait des gens qui sortaient le soir. Si je lui demande où nous étions ce soir-là, il peut réciter chaque détail. Se coucher tard était un véritable exploit. Comme s’il avait conquis un nouveau pays. Le pays de minuit. Les autres fois où cela est à nouveau arrivé n’auraient plus jamais la même intensité. Les premières fois sont la suprématie des souvenirs.
[FOENKINOS David, Les souvenirs, Paris, éd. Gallimard, 2011, p. 253.]


Note : le premier chapitre peut être lu sur le site de L'express
 
***
 
Merci à Remi Gonseau (Priceminister) 

6 commentaires:

  1. Je viens de terminer La Délicatesse, roman qui ne m'a pas donné l'envie, pour le moment, de poursuivre ma découverte de Foenkinos. Ta critique, très intéressante, me fait toutefois penser que je n'ai peut-être pas su apprécier cette plume...

    RépondreSupprimer
  2. Aelys : j'avais écrit dans mon avis sur La délicatesse que l'humour de Foenkinos était, d'après moi, ou détesté ou adoré et je crois pouvoir dire plus largement que sa plume est adorée ou décevante. C'est le premier qui l'emporte chez moi, c'est dommage que ce soit le second pour toi (et d'autres lecteurs d'après les échos sur Babelio entre autres) J'espère que la tendance s'inversera si tu tentes un second essai (je te conseille d'ailleurs plutôt Les souvenirs que ses ouvrages précédents si tu le fais, c'est pour moi son meilleur)
    Merci beaucoup pour ce commentaire et ta visite sur mon blog (j'aime beaucoup le tien!)

    RépondreSupprimer
  3. j'aime bien ce livre et ce que tu en dis j'ai mis un lien vers ton blog
    Luocine

    RépondreSupprimer
  4. Les Souvenirs m'ont laissé... de bons souvenirs.

    RépondreSupprimer
  5. Hum, tu connais ma relation particulière à ce roman que je finirai sans doute un jour, probablement en juin ou juste au bon moment ...
    Comme toujours, j'aime lire ton avis pour des raisons de pur plaisir de lecture et parce que j'ai envie de lire la page 253 moi maintenant :p

    RépondreSupprimer
  6. Encore une fois, très belle critique de ce roman que j'ai beaucoup aimé aussi. Je partage à 100% ton sentiment sur la mise en avant du thème de la vieillesse alors qu'il y a clairement d'autres sujets tout aussi importants. J'ai été très sensible à l'amour que le narrateur porte à ses grands-parents, alors qu'il est moins proches de ses propres parents. Foenkinos manie les thèmes de l'amour et de la famille avec une grande sensibilité, rythmée comme tu le dis si bien avec quelques pointes d'humour. L'évolution du narrateur est très importante aussi et c'est cette partie de sa vie que l'on suit avec tant d'attention. Enfin, aborder les souvenirs est un succès en soi car c'est un sujet abordable à l'infini.

    RépondreSupprimer