La magie des grimoires. Petite flânerie dans le secret des bibliothèques, Nicolas Weill-Parot

Présentation de l'éditeur

La collection « Petite philosophie du voyage » invite Nicolas Weill-Parot, historien, à restituer l'atmosphère des bibliothèques et la passion qui anime le chercheur. Dépositaires de la mémoire du passé, les manuscrits offrent émotion et connaissance au lecteur désireux d'entreprendre, dans les hauts lieux du patrimoine, un voyage à caractère initiatique.


Mon avis :

Je me souvenais avoir apprécié ce petit livre la première fois que je l’avais lu, mais j’étais loin de me douter que ce serait un tel émerveillement de le relire : c’était comme la caresse du bout des doigts d’un chercheur sur un manuscrit. Outre l’écriture fine et agréable de Nicolas Weill-Parot, je crois que j’ai surtout été touchée par les thèmes abordés dans lesquels je me suis retrouvée.

En tant qu’étudiante en lettres, les questions de « l’utilité » de mes études ou de mes travaux, évoquées par l’auteur, historien, au début et à la fin de ce témoignage, ne me sont pas inconnues. Les réponses que lui-même y apporte ont donc facilement trouvé une résonance en moi, de même que son récit du parcours d’un chercheur. Parlant de son expérience particulière, il sait néanmoins prendre distance pour que chaque étudiant ou chercheur puisse se retrouver dans ce récit, dans ces sensations. De plus, son récit est parsemé, de temps à autre, de petites touches d’humour, notamment dans les anecdotes à propos des règles des bibliothèques où il a eu la chance de pouvoir consulter des manuscrits. Cela allège le récit et m’a amusée.

Enfin, c’est avant tout mon âme de lectrice qui a été touchée à la relecture de ce témoignage d’un historien, mais aussi d’un lecteur. S’il n’évoque que des manuscrits et des grimoires, ce qui ne me correspond pas forcément, je me suis malgré tout retrouvée dans ses sensations à l’ouverture d’un livre longtemps cherché ou lorsqu’il pénètre dans une bibliothèque, lieu magique pour moi.


Le début du livre :
LE BOUT DES DOIGTS se pose avec précaution sur le papier de l’épais volume. Le murmure des lecteurs s’estompe, le bavardage du personnel de la bibliothèque s’est assourdi, même les klaxons qui longent l’Arno sont devenus lointains, presque imperceptibles.
[WEILL-PAROT Nicolas, La magie des grimoires. Petite flânerie dans le secret des bibliothèques, Paris, Transboréal, 2009, coll. « Petite philosophie du voyage », p. 11.]


***
Dans la même collection :
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.