Une éducation libertine, Jean-Baptiste Del Amo

Présentation de l’éditeur :

« C’est un homme sans vertu, sans conscience. Un libertin, un impie. Il se moque de tout, n’a que faire des conventions, rit de la morale. Ses mœurs sont, dit-on, tout à fait inconvenantes, ses habitudes frivoles, ses inclinations pour les plaisirs n’ont pas de limites. Il convoite les deux sexes. On ne compte plus les mariages détruits par sa faute, pour le simple jeu de la séduction, l’excitation de la victoire. Il est impudique et grivois, vagabond et paillard. Sa réputation le précède. Les mères mettent en garde leurs filles, de peur qu’il ne les dévoie. Il est arrivé, on le soupçonne, que des dames se tuent pour lui. Après les avoir menées aux extases de l’amour, il les méprise soudain car seule la volupté l’attise. On chuchote qu’il aurait perverti des religieuses et précipité bien d’autres dames dans les ordres. Il détournerait les hommes de leurs épouses, même ceux qui jurent de n’être pas sensibles à ces plaisirs-là. Oh, je vous le dis, il faut s’en méfier comme du vice. »

Paris, 1760. Le jeune Gaspard laisse derrière lui Quimper pour la capitale. De l’agitation portuaire du fleuve aux raffinements des salons parisiens, il erre dans les bas-fonds et les bordels de Paris. Roman d’apprentissage, Une éducation libertine retrace l’ascension et la chute d’un homme asservi par la chair.


Mon avis :

Époustouflant. Avant de commencer à lire ce livre, je m’attendais à me retrouver dans l’ambiance d’un roman libertin à la Crébillon fils : dans un milieu aristocratique idéalisé, galant et débauché, mais cette attente a été détrompée dès la première ligne : « Paris, nombril crasseux et puant de France. » C’est dans l’univers du Parfum de Süskind que Del Amo m’a plongée, happée même. En effet, le roman s’ouvre sur une description, en très grande partie olfactive, du Paris puant et dégoutant du siècle des Lumières. Si beaucoup l’ont jugée trop étendue et répétitive, au détriment de l’intrigue, ça n’a pas été mon cas : adepte des lenteurs romanesques et des démonstrations stylistiques, j’ai beaucoup apprécié celles-ci. L’auteur manie la langue française avec virtuosité pour présenter à l’imagination de son lecteur un portrait précis de ses personnages, ainsi que de la ville et de son fleuve qui exerce une si grande influence sur le protagoniste principal, Gaspard.

Ce jeune homme, fraîchement arrivé dans la capitale française et avide d’en atteindre les hautes sphères, devra tout d’abord en traverser tous les bas-fonds, y perdre ses illusions et suivre une cruelle éducation pour finalement devenir un homme de ce siècle, un libertin. Cette ascension est narrée sans concession, ni idéalisation, de manière très crue par Del Amo : pour cette raison, je déconseille ce roman aux âmes sensibles. Le bonheur et l’amour n’ont pas de place dans cet univers cruel et cynique mis en scène dans ce roman, et l’horreur ne se trouve pas toujours là où on l’attend.

Un très grand roman selon moi.


Un de mes passages préférés :
Il sourit puis, contre toute attente, leva une main, la posa sur la joue de Gaspard. Les doigts parcoururent l’arête de la mâchoire, du lobe de l’oreille au menton, et le tissu du gant crissa sur la barbe naissante. « Alors, dans ce cas, que désirez-vous ? demanda-t-il avec une sollicitude retrouvée. – Devenir comme vous, monsieur », répondit aussitôt Gaspard. Il se reprocha son empressement. Étienne l’avait poussé dans ses derniers retranchements, et il le suppliait. L’index s’arrêta sur son menton, y imprima une pression. La rue autour d’eux avait disparu. Le halo de la bougie frémit sur leurs visages. « Oh, constata Étienne après un silence, devenir moi. » Gaspard était suspendu à ces paroles, relié par ce doigt sur son visage, à quelques centimètres de ses lèvres. […] « Bien sûr, il est inutile de préciser qu’à chaque chose va son prix », dit-il sur le ton de la confidence.
[DEL AMO Jean-Baptiste, Une éducation libertine, Paris, éd. Gallimard, 2008, coll. Folio, pp. 156-157.]

Aucun commentaire: